Les Maires en première ligne

Le Ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti a annoncé que les insultes contre les maires seraient désormais considérées comme des outrages.

Je salue cette décision, face à l’augmentation des agressions et des violences qui sont faites contre les élus. Cette qualification d’« outrage » permet la mise en œuvre des TIG (travaux d’intérêt général), contrairement à l’injure (qui est souvent la qualification retenue dans ces affaires). J’espère que ce positionnement sera suivi de la mise en œuvre de moyens suffisants : les agressions contre les élus ont nettement augmenté en 2020 (233 maires ont été agressés entre janvier et juillet 2020, alors que 383 agressions ont été enregistrées sur l’ensemble de l’année 2019). Chacune de ces agressions contre un élu est une marque d’opposition aux valeurs de la République.

Il est nécessaire que des poursuites soient systématiquement engagées, que les dispositifs mis en place soient dissuasifs et que chaque élu se sente protégé par les services publics de la sécurité et de la justice.

Le Maire, c’est pourtant l’élu préféré des Français… On est là au quotidien pour nos administrés, c’est nous qui sommes en première ligne. Forcément, nous pouvons nous retrouver face à du désespoir, de la colère ou de l’incompréhension… Cependant, cela ne justifie pas les agressions verbales ou physiques dont nous pouvons être victimes.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.christiangros.fr/trackback/1638

Haut de page