Commémoration de l’Armistice de 1918

Lundi 11 novembre 2019, comme partout en France, nous avons commémoré à Monteux l’Armistice de la Grande Guerre. Je suis toujours fier et ému de voir que ces cérémonies commémoratives sont suivies par de nombreux montiliens. Ensemble, anciens combattants, élus, militaires, sapeurs-pompiers, jeunes conseillers municipaux, citoyens, citoyennes, nous avons honoré la mémoire de tous ces soldats et tous ces civils morts pour la France.

Je tiens à tous vous remercier pour votre présence lors de cette cérémonie émouvante. N’oublions pas que c’est ensemble, en nous serrant les coudes au quotidien et en n’oubliant pas notre histoire commune, que nous arriverons à combattre l’obscurantisme, le racisme et la violence qui prolifèrent malheureusement dans notre pays et dans le monde entier.

Ci-dessous, vous trouverez le discours que j’ai prononcé :

Lundi 11 novembre 2019, comme partout en France, nous avons commémoré à Monteux l’Armistice de la Grande Guerre. Je suis toujours fier et ému de voir que ces cérémonies commémoratives sont suivies par de nombreux montiliens. Ensemble, anciens combattants, élus, militaires, sapeurs-pompiers, jeunes conseillers municipaux, citoyens, citoyennes, nous avons honoré la mémoire de tous ces soldats et tous ces civils morts pour la France.

Je tiens à tous vous remercier pour votre présence lors de cette cérémonie émouvante. N’oublions pas que c’est ensemble, en nous serrant les coudes au quotidien et en n’oubliant pas notre histoire commune, que nous arriverons à combattre l’obscurantisme, le racisme et la violence qui prolifèrent malheureusement dans notre pays et dans le monde entier.

Ci-dessous, vous trouverez le discours que j’ai prononcé :

Monsieur le Président des anciens combattants,
Mesdames, Messieurs les anciens combattants,
Monsieur Frédéric Cappeau, maître principal et la Préparation Militaire Marine « Casabianca » d’Avignon,
Mesdames et Messieurs les Elus, Chers collègues,
Chers conseillers municipaux cadets et juniors,
Mesdames, Messieurs, chers amis,

Le 11 novembre 1918, 5h15 du matin dans la forêt de Compiègne à Rethondes : l’armistice de la 1ère Guerre Mondiale est enfin signé. 11h : Silence sur la ligne de front… Le dernier soldat français, Augustin Trébuchon, vient de tomber dans les Ardennes. Il aura fallu 6 longues heures pour que les combats ne cessent réellement…

Comme partout en France, en ce 11 novembre 2019, nous commémorons la fin de 4 longues années de conflits qui ont ravagé toute l’Europe. Durant l’été 1914, tous les soldats partis des villes et des campagnes, la fleur au fusil, se sont retrouvés piégés dans la boue des tranchées, sous la pluie des obus, sous les rafales des mitrailleuses…

Monteux n’y a pas échappé : 151 jeunes montiliens ont quitté leur village, leur famille et leur métier pour défendre la Patrie. Ils pensaient qu’il suffirait de quelques semaines de combats mais finalement, ils ne sont jamais revenus. 1 jeune montilien sur 3 d’une même tranche d’âge n’est jamais revenu !

Le bilan de la Grande Guerre a été dramatique : 19 millions de personnes décédées dont 1 400 000 Français.

Jamais jusque-là, l’Humanité n’avait connu un conflit d’une telle ampleur, engageant autant de combattants et faisant autant de morts.

Plus de cent ans plus tard, on peut s’interroger sur la nécessité de commémorer encore ces massacres, qui nous paraissent si lointains. Ces commémorations ont-elles encore du sens ?

Commémorer le 11 novembre, c’est justement se souvenir de ces victimes. Aujourd’hui, alors que les acteurs de cette guerre ne sont plus là pour témoigner, c’est à nous qu’il appartient de transmettre cette histoire aux nouvelles générations. Ces célébrations se doivent d’être pédagogiques. Finalement, c’est faire de l’éducation civique. Il faut parler à nos enfants des combats, de l’horreur de cette guerre. Ce passé, c’est le leur.

En effet, nous avons tous un grand-père, grand-oncle ou arrière-grand-père qui a combattu ou qui est mort dans cette guerre.

Célébrer l’armistice de 1918, c’est donner une grande leçon d’histoire : notre passé nous aide à comprendre le présent et à penser l’avenir. Et c’est justement en pensant à l’avenir, que ces commémorations prennent tout leur sens.

De nos jours, dans notre pays, l’oubli, l’habitude, l’insouciance ont tendance à faire croire que la Paix est acquise pour toujours. Et bien non, rien n’est jamais acquis ; la paix, ce bien si précieux, reste fragile et une guerre n’arrive jamais par hasard !

Depuis quelques années, l’obscurantisme, le racisme, la violence, la xénophobie, le fanatisme, les superstitions prolifèrent dans notre pays et dans le monde entier.

C’est pourquoi, chers amis, notre responsabilité est grande et je vous exhorte solennellement, chaque fois que l’occasion m’en est donnée, à être des partisans de paix.

Cela ne doit pas se limiter à quelques commémorations par an, nous devons nous serrer les coudes au quotidien. Si notre époque est marquée par une perte de repères, nous qui n’avons rien perdu, nous qui comprenons les leçons de l’Histoire, veillons à ne pas reproduire les erreurs du passé, veillons à ne pas nous replier sur nous-mêmes et tout au contraire militons pour la solidarité, militons pour le respect de l’autre, militons pour ces valeurs qui ont permis à la France de sortir plus forte de la 1ère comme de la 2nde Guerre Mondiale.

Ensemble, soyons vigilants,
Combattons la haine sous toutes ses formes,
Bâtissons une nouvelle ère de paix pour l’Humanité,
Défendons nos valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.

Vous trouverez peut-être que j’insiste trop lourdement mais si je le fais, c’est que j’ai l’impression que parfois, on s’éloigne un peu beaucoup de cette fraternité qui, pourtant, est la première des valeurs de notre République, celle qui conditionne toutes les autres, celle sans laquelle liberté et égalité n’ont pas de sens. La fraternité est à construire dans chaque acte et tous les jours de notre vie.

Voilà pourquoi, ce matin, je suis particulièrement fier et heureux que nos commémorations soient suivies avec assiduité et surtout par nos jeunes conseillers municipaux, les cadets du conseil municipal d’enfants des écoles et les juniors du conseil municipal de jeunes des collèges. Ce sont eux les jeunes, qui demain, seront en charge de veiller à ce que la France reste une France unie !

Je les remercie de leur présence, ainsi que vous tous, Mesdames et Messieurs, citoyens, citoyennes, élus, anciens combattants, sapeurs-pompiers, jeunes de la préparation militaire marine ici-présents. Enfin, je tiens à remercier également l’école de musique et la Chorale Ritournelles.

Merci à vous tous, chers amis, d’avoir participé à cette cérémonie et de rester mobilisés pour la paix autour des valeurs de la République.

Vive Monteux !

Vive la République !

Vive la France !

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.christiangros.fr/trackback/1540

Haut de page