Inauguration du Carrefour des Combattants

Ce matin, j'ai eu plaisir à inaugurer, devant une foule nombreuse, le "Carrefour des Combattants" avec Marcel Barthée, Président de l'Association des Anciens Combattants.

Après le cortège au départ de la Place des Droits de l'homme, nous avons dévoilé la plaque de ce carrefour et observé une minute de silence en hommage à tous ces combattants, de Monteux ou d'ailleurs.

La cérémonie s'est poursuivie par quelques discours. Je vous mets ci-dessous celui que j'ai prononcé :

Monsieur Le Député,

Mesdames et Messieurs les conseillers régionaux,

Monsieur Le Président des Anciens Combattants, Messieurs les Présidents des Anciens Combattants, Mmes et Mrs les Anciens Combattants

Mesdames et Messieurs les Elus, chers collègues

Chers Elus du Conseil Municipal d’enfants et des Jeunes,

Mesdames et Messieurs,

Avant toutes choses, je souhaite tout d’abord vous remercier toutes et tous d’être venus aussi nombreux ce matin pour cette cérémonie d’inauguration du Carrefour des Combattants. En cette période de centenaire de l’Armistice de la 1ère Guerre mondiale, celle-ci prend un éclat tout particulier.

Les cérémonies patriotiques à Monteux sont toujours très suivies, très fréquentées. Il est, à chaque fois, plaisant de voir que, malgré nos vies trépidantes, beaucoup n’oublient pas le devoir de mémoire. Consacrer un lieu de Monteux à la gloire de tous les combattants qui ont lutté pour notre patrie était un vœu de M. Barthée, Président de l’association des Anciens Combattants, ici présent. Je sais que ça lui tenait très à cœur et j’ai plaisir à accéder à sa demande aujourd’hui.

Ensemble, nous avons réfléchi à la signification et au symbolisme que nous voulions donner à ce carrefour. Et très vite, nous nous sommes dit qu’il fallait qu’il rende hommage à tous les combattants : les combattants montiliens, mais aussi tous ceux qui ont lutté et qui luttent encore aujourd’hui pour la liberté… notre liberté. Je remercie tous les anciens combattants qui nous gratifient aujourd’hui de leur présence et je tiens à les assurer de ma profonde reconnaissance.

Cette cérémonie est l’occasion de rendre un hommage solennel aux combattants et résistants de toutes les guerres, tombés au champ d’honneur, auxquels il convient d’associer les blessés, les mutilés, les prisonniers de guerre, les veuves, les orphelins et toutes les victimes civiles. Nos pensées vont plus particulièrement vers tous ceux et toutes celles qui ont souffert de ces conflits, auxquels nous exprimons notre respect et notre affection. Certes, nous rendons aujourd’hui hommage aux soldats du passé mais n’oublions pas ceux qui sont aujourd’hui engagés pour la défense des Français sur tous les théâtres d’opérations extérieures.

La définition d’un combattant, telle qu’on la conçoit, c’est un homme ou une femme, soldat qui prend part directement à un combat, à une guerre… mais j’ai envie de dire : pas seulement. C’est aussi un pompier, un médecin qui sauvent tous deux des vies, un policier, gardien de notre sécurité, un écrivain qui défend la liberté d’expression, un homme qui lutte contre l’obscurantisme, le fanatisme, une femme qui œuvre au quotidien pour un monde meilleur.

C’est Jean Jaurès, Jean Moulin, … Pierre Brossolette, Simone Veil, … Arnaud Beltrame… etc. Ce sont finalement, tous ces héros qui ont marqué l’histoire, dans l’ombre ou la lumière.

En choisissant de nommer ce carrefour très fréquenté, à l’entrée de la ville « Carrefour des Combattants », nous lui assignons une fonction symbolique. A présent, chaque fois, que nous le désignerons, c’est à ces hommes et à ces femmes que nous penserons. Nul besoin d’un jour particulier pour honorer leur mémoire. Le courage de ces hommes qui ont offert le sacrifice de leur vie pour la libération d’une ville, d’un pays et pour la liberté du monde ne doit pas être oublié.

Paradoxalement, nous vivons aujourd’hui dans un monde où la liberté individuelle n’a jamais été aussi étendue pour un grand nombre d’individus des pays occidentaux. Cependant, le sentiment que celle-ci est en péril, est omniprésent. La nouvelle génération doit mesurer l’étendue de la responsabilité que nous avons reçue en héritage et la nécessité de préserver la paix et la liberté.

La présence, en ce jour, des jeunes conseillers municipaux, qui ont tenu à saluer la mémoire de nos Anciens est une marque de respect et d’admiration de la jeunesse d’aujourd’hui. Faisons donc tous ensemble de ce lieu, un lieu de paix et le symbole d’une France forte et porteuse d’espérance pour nos enfants.

Avant de laisser la parole à M. Barthée, Président de l’Association des Anciens Combattants, je souhaite finir par quelques mots de Théophile Gautier qui, j’en suis sûr résonneront en vous tous ici présents : « l’oubli est une seconde mort ». Alors, à nous d’entretenir le souvenir de nos anciens.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.christiangros.fr/trackback/1294

Haut de page