Le Père Pascal Molem nous quitte

Cher Père Pascal,

Te voilà sur le départ, après 6 ans à Monteux, où tu as exercé ton ministère avec beaucoup de foi et de conviction. Nombreux sont les Montiliens qui ont apprécié ta présence à la tête de la paroisse. J’espère que tu garderas un bon souvenir de ton passage à Monteux. Nous, en tous cas, nous en garderons un très bon de toi.

Pour ce qui est de notre relation personnelle, dans nos fonctions respectives – toi curé, moi maire – nous avons souvent eu l’occasion d’échanger sur ce que nous vivions et pas seulement sur la charrette de saint Gens, nous avons échanger notamment sur cette violence que nous voyons croitre de jour en jour dans les rapports entre les hommes et qui nous préoccupe fortement .

Je ne parle pas seulement du terrorisme qui en est l’expression extrême, mais aussi de cette violence de tous les jours, de cette intolérance banalisée, de cette agressivité, de ce rejet de l’autre devenu aujourd’hui monnaie courante. Nous nous sommes souvent retrouvés, cher Pascal, dans le grand commandement de l’Eglise : « aimez-vous les uns les autres » ; ce commandement qui est intégré dans les valeurs de la République par le terme Fraternité.

Tel est bien le sens de notre engagement quotidien, chacun dans sa sphère de compétences : toi le religieux, moi le domaine public. Les expressions sont différentes, mais l’idée est la même : Attachons-nous à vivre ensemble, en paix et dans le respect mutuel.

Il est essentiel à mes yeux que nous soyons de plus en plus sur cette Terre à nous mobiliser pour cette cause vitale, et que nos approches soient croisées. C’est pourquoi, mon cher Pascal, si tu me le permets, c’est à la communauté chrétienne dans son ensemble que je voudrais m’adresser et dire : « soyons des soldats de la paix, des soldats de la fraternité, bref, des soldats de l’amour ». Le monde a besoin de nous, soyons contagieux, là où il y a de l’incompréhension, mettons de la bienveillance.

Je suis persuadé Pascal qu’au niveau diocésain où tu es désormais appelé à servir, tu sauras rayonner cet amour comme tu as si bien su le faire ici à Monteux.

Petit clin d’œil pour te le rappeler et pour que tu ne nous oublies pas, voici un petit souvenir de Monteux. Il s’agit d’un petit vitrail représentant un Ange.

A la différence d’un tableau, le vitrail laisse passer la lumière et joue avec celle-ci. Il est permis d’y voir un symbole et une invitation à être soi-même un passeur de lumière. Ce vitrail a été créé ici à Monteux par un jeune vitrailliste de la Traversée des Arts, maitre verrier de talent nommé Frédéric Schendel.

Mon cher Pascal, je souhaite que cet Ange de Monteux t’accompagne, t’inspire et te protège tout au long de ta vie, c’est le vœu que je forme avec toute notre gratitude pour tout ce que tu as apporté aux Montiliens.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.christiangros.fr/trackback/1183

Haut de page