Ne pas oublier pour ne pas revivre

cérémonie du 11 novembre

Hier, nous étions nombreux pour commémorer le 11 novembre 1918 et rendre hommage aux morts pour la France. Quel plaisir de voir que, commémoration après commémoration, les Montiliennes et les Montiliens assistent toujours en nombre aux cérémonies patriotiques. En tant que maire, c’est une particularité Montilienne dont je suis fier.

La « Grande guerre », comme on l’appelle, n’a été « grande » que par la violence de ses combats et par le nombre de ses morts. A Monteux, il suffit de lire les dizaines de noms gravés sur le monument aux Morts du cimetière pour mesurer ce qu’elle a coûté en vies humaines. En France, pas une ville, pas un village, n’échappa à l’horreur de cette guerre fratricide.

Pourtant, malgré la volonté d’en faire la « der des der », quelques années plus tard un deuxième conflit mondial voyait le jour. Commémorer le 11 novembre 1918, c’est donc ne pas oublier pour ne pas revivre ; ne pas oublier que rien n’est plus fragile que la paix ; cette paix que nous connaissons depuis des décennies et à laquelle nous nous sommes habitués.

L’année prochaine sera celle du centenaire de la première guerre mondiale. Il est important que nous commencions à réfléchir dès à présent à une commémoration spécifique, qui nous permettra de rassembler encore plus de Montiliens. Je veux associer à ce travail de mémoire, notre association d'anciens combattants que je remercie pour son dynamisme et pour le travail qu’elle accomplit.

Mais il faut aussi y associer les jeunes Montiliens. C’est à eux que nous devons transmettre le flambeau de ceux qui sont tombés pour la France et pour ses valeurs. Les conseillers municipaux juniors, qui sont présents aujourd’hui, auront bien entendu un rôle à jouer. Et puis, nous pourrons aussi nous appuyer sur les nouvelles activités périscolaires, que nous avons mises en place dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, et qui permettront de faire vivre avec les enfants, de manière ludique, le souvenir de la première guerre mondiale.

Commémorer le 11 novembre 1918 est un acte citoyen indispensable. Commémorer le 11 novembre 1918, c’est accomplir notre devoir de mémoire et nous acquitter de la dette que nous avons vis-à-vis des victimes et des combattants de la première guerre mondiale. C’est aussi rendre hommage à la France, à sa capacité à surmonter les difficultés : non par la division et la haine de l’autre, mais par le courage et l’effort commun. Dans la période de crise que nous traversons, gardons en mémoire cette leçon de l’histoire et défendons bec et ongles, avec fierté, les valeurs qui fondent notre République : la liberté, l’égalité et la fraternité.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.christiangros.fr/trackback/905

Haut de page