07déc. 2013

Nelson Mandela

Nelson Mandela

Le plus bel hommage que nous puissions rendre à Nelson Mandela est de retenir, et surtout de mettre en pratique, ses enseignements.

En voici un : «Etre libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaines ; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres». Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté.

31août 2013

La "révolution douce" selon Vincent Peillon

A Monteux, les nouvelles activités périscolaires auront lieu tous les jours de 15h45 à 16h45 et seront gratuites pour les familles !

Téléchargez l'article paru dans la Marseillaise le 28 août 2013

25avr. 2013

Morale laïque

Le Ministre de l’Education Nationale, Vincent Peillon, vient d’annoncer la mise en place à la rentée 2015, d’un « enseignement laïque de la morale ». Je soutiens pleinement cette mesure : transmettre aux enfants les valeurs qui fondent la République et qui nous permettent de vivre les uns avec les autres me semble relever pleinement des missions de l’école républicaine.

Certains ont été heurtés par le terme « morale laïque ». Il n’y pourtant pas de quoi : l’enseignement que dispense l’école de la République ne peut être que laïque. J’espère d’ailleurs que la notion de « laïcité » sera au programme de ce nouvel enseignement voulu par Vincent Peillon.

La belle phrase de Jules Ferry me revient en mémoire "La République s'arrête au seuil des consciences". Elle exprime le principe essentiel de la laïcité : la tolérance !

31mar. 2012

Fédération régionale des travaux publics

Hier, vendredi, j'ai été invité à intervenir à une table ronde aux assises de la Fédération régionale des travaux publics pour parler de l'accès au crédit des collectivités locales.

Les entrepreneurs sont inquiets des effets de la crise, notamment des difficultés que rencontrent les collectivités territoriales pour obtenir des financements bancaires. Il faut dire que ces dernières effectuent 50 % du marché des travaux publics. Quand elle sont obligées de renoncer à leurs projets, c’est autant de "manque à gagner" pour les entreprises de travaux publics, qui réduisent leurs embauches, voire suppriment des emplois.

A Monteux, pour le moment, nous n’avons pas connu de difficultés d’accès aux financements, même si c’est effectivement de plus en plus difficile. Les banques nous ont suivi, aussi bien à la commune qu’à la communauté de communes des Sorgues du Comtat, pour nos deux grands projets que sont Beaulieu et le futur complexe sportif de Saint Hilaire.

D’autres collectivités, dans une situation financière plus fragile, ont déjà dû faire une croix sur certains investissements.

07mar. 2010

Merci

Je tiens à remercier personnellement toutes celles et tous ceux qui nous ont fait l'amitié de partager avec nous les obsèques de ma mère, samedi matin. De même que toutes celles et tous ceux qui, à un moment ou à un autre, nous ont exprimé des mots de soutien et de sollicitude.

Lire la suite...

03mar. 2010

Ma mère s'est éteinte aujourd'hui

« Je suis contente, mon souhait va se réaliser, je vais partir tranquillement, ne vous dérangez pas, j’ai fait mon temps, je n’ai plus rien à faire ici, c’est la vie, la vie est belle ! »

Tels sont à peu près les derniers mots que ma mère nous a adressés en nous disant sa joie de nous voir avant de partir.

Si ce n’était cette émotion qui nous étreint chaque fois que nous pensons que nous ne la verrons plus que dans nos cœurs, nous pourrions presque dire que nous sommes heureux pour elle. Un jour ou l’autre, il faut y passer ! C'est avec lucidité, sérénité et … détermination qu'elle a abordé cette étape finale. Cela faisait une quinzaine de jours qu'elle en parlait incidemment, qu'elle se préparait et puis, comme si elle l’avait programmé, elle est tombée malade. En une semaine, c’était plié !

Ce sera sa dernière leçon : une leçon de courage ! Non, mieux qu’une leçon de courage, l’exemple d’une capacité à regarder la réalité en face et à avancer.

01fév. 2010

Hommage à Yves ROUX

Yves ROUX était mon ami.

Durant de longues années, alors que je n’étais pas maire, nous avons milité ensemble dans différentes associations de la ville, notamment la société des écoles laïques et l’école de la nature que nous avons créée à la force du poignet en 1981.

Que de soirées passées ensemble à réfléchir, imaginer, débattre, organiser, gérer des structures au service des autres, essentiellement des enfants et des jeunes ! Que de chaleur dans l’engagement ! que de camaraderie dans le partage d’une aventure associative au long cours !

Je me souviens de la disponibilité d’Yves, de sa connaissance de Monteux et de ses habitants. Je me souviens de sa participation à la bibliothèque scolaire que nous avons créée ; oui, créée, car avant il n’y en avait pas ! Je me souviens de ses séances de cinéma qu’il assurait de A à Z !

Toujours prêt ! Oui, Yves était toujours prêt, j’avais sa confiance, et il suffisait que je le lui demande pour qu’il le fasse. Avec le temps, vois-tu Yves, je me dis que peut-être je ne t’ai pas assez dit merci parce que des types comme toi, il n’y en a plus beaucoup, bénévole dans l’âme, serviable et disponible sans qu’il soit besoin de lui demander les choses une semaine à l’avance en y mettant toutes les formes. Avec toi, les choses étaient simples et directes.

Je ne parle pas de ton engagement dans d’autres associations de la ville comme la foulée montilienne ou la MJC où tu as exercé de nombreuses années en tant qu’administrateur et professeur de magie. Si j’ai un reproche à te faire, Yves, c’est que, bien que nous soyions amis, tu n’aies jamais voulu me montrer – me décortiquer – un des tours dont tu avais le secret. Tu es parti en emportant tes secrets. Je garde de toi, le souvenir d’un ami, d’un bénévole désinteressé, d’un homme ayant consacré une bonne partie de sa vie à améliorer celle des autres.

Adieu Yves, repose en paix, tu nous laisses un bel exemple de vie.